Il etait une fois..dans le grand west

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Il etait une fois..dans le grand west

Message  Capitaine Jack la tare le Mar 28 Aoû - 14:13

Ces propos ont été recueillis de la bouche d'un vieux pilier de bar irlandais, sois disant ancien virtuose du violon, dont la prononciation était si mauvaise (et les souvenirs si décousus) que toute invraisemblance, oublie ou répétition doit être mise a son crédit.

Pre-generique:

English Nick, le fameux chasseur de prime était sur la piste de Bill Stone, l'ex-officier de cavalerie sudiste pour qui la guerre continuait dans sa tête, responsable d'un nombre incalculable d'incendie et de meurtres depuis le Géorgie lointaine jusqu'au Nouveau Mexique.
Stone n’était pas le seul à vouloir continuer la guerre. Son ancienne unité, les Salamandres du Texas avait fuit vers l'ouest emportant avec eux une belle partie du trésor confédéré lorsqu'ils apprirent la reddition de Lee, chose intolérable à leurs yeux, pour le cacher aux yeux des yankees afin de pouvoir continuer la guerre un peu plus tard lorsqu'ils auraient réussit à réunir plus de partisans.

Stonesavait que le trésor serait enterré dans un des 3 cimetières de Santa-fe, et devait retrouver son unité sur place.

English Nick suivait la piste du vieux fou, lorsqu'il croisa la route d'un prospecteur à l'haleine de putois qui accompagnait Sister Dolores, la nonne au fusil de chasse en quête de vengeance contre la racaille mexicaine aux ordres de Fernandez Sanchez Esteban St Lazare y Santa-Anna, l'ex-militaire mexicain responsable du pillage de son couvent.
Décidant de poursuivre la piste ensemble, ils rencontrèrent un vieux chariot ébranlé jeté dans un fossé. English nick recueillit les derniers mots d'un soldat confédéré, le nom inscrit sur la tombe ou était enterré un trésor!

Très vite ils comprirent ce qui s’était passé: Santa-fe était devenu un lieu de "réunion" entre des troupes américaines corrompues et les desperados de Santa-Anna, qui se livraient à de la contrebande sous couvert de leur pseudo autorité.
Manque de bol pour les Salamandres du Texas, à peine eurent-ils le temps de cacher leur trésor que les soldats de l'union leur tombèrent dessus et les massacrèrent jusqu'au dernier (sauf un, celui qu'avaient croisé la nonne, le chasseur de prime et le prospecteur).

Santa-Anna reparti vers le sud, il ne restait plus qu'à traverser le pont en bois qui menait aux 3 cimetières protégé par les soldats américains. Ce qui fut vite fait avec l'aide de la dynamite du prospecteur et une bonne charge à l'ancienne de Bill Stone à travers la fumée et les explosions, avec qui une trêve avait été proclamée par English Nick.

Enfin le trésor était à porté. Là, juste de l'autre coté de la colline. Mais seul Stone connaissait lequel des 3 cimetières, et English Nick le nom sur la tombe. Assis les uns à coté des autres, dans un bosquet ils se débarrassèrent du dernier gardien des cimetières. Immédiatement après ils sortirent leurs armes et se tinrent en joue à bout portant, English Nick ses deux armes pointées sur Stone d'un coté et le prospecteur au doux nom de Stephang Mac Lan qui se tenaient chacun d'un coté, eux-mêmes leurs armes pointées sur les tempes de Nick (la nonne s’étant absentée quelques instants).
Chacun tenta de faire fléchir l'autre, mais devant leurs obstinations réciproques, ils tentèrent une entente: chacun donnait son information en même temps.
A peine cela fut fait qu'ils tirèrent, English Nick logea une balle dans le front de Stone (ce qui n'allait pas arranger son état) et blessa légèrement le prospecteur, mais reçut directement les tirs des deux autres. Il tint bon! Du moins le temps de se voir transpercé par deux ou trois autres bastos de ses voisins, ainsi que de la grosse chevrotine de Sister Dolores, revenue entre temps.

Ainsi la nonne, le prospecteur et le sudiste purent se partager le magot et repartir chacun de leur coté.

avatar
Capitaine Jack la tare
Chef de bande

Messages : 597
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 44
Localisation : Dans les profondeurs des montagnes...

Voir le profil de l'utilisateur http://slurp.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Un chinois, une française, un irlandais et la serveuse

Message  Capitaine Jack la tare le Mar 28 Aoû - 14:16

Silverado ( Oklahoma) était une ville tranquille. Le maire Cotton Stiff avait parfois l’autorité un peu sévère, avec l'aide du sherif complétement soumis a ses ordres, mais au moins tous filaient droit. Et si les gens voulaient s'amuser un peu, ils avaient le vieux bordel du chinois au sud de la ville.
Jusqu'au jour ou arriva Claire Dubois, la chasseuse de prime balafrée (quoi? Une femme déguisée en homme? Et qui plus est armée!). Le maire devina le coup fourré, entre elle et ce foutu violoniste irlandais arrivé depuis 3 jours par la diligence de Bâton Rouge et qui s'amusait a lancer des bringues de folie au saloon si tranquille d'habitude.

Lorsqu'une bagarre de saloon éclata, le sheriff ne chercha pas plus loin et incarcéra le violoniste pour trouble de l'espace public.
La nuit même, une explosion retenti: la banque était attaqué! Croyant avoir mis la main sur 2 des éclaireurs de la bande, l'irlandais et la chasseuse de prime, il se mit en quête de celle qu'il croyait responsable, ce qui laissa le champs libre au chinois pour le libérer avec qui il entrevoyait des débouchés commerciaux importants.

Ce qui devait arriver arriva, tout ce petit monde régla ses comptes a coups de fusils et de revolvers dans le vieux bordel, transformant celui-ci en une épave délabrée.
Des victimes, on retiendra que le sheriff et ses adjoints baignaient dans leur sang à l’exception de Liam, le cousin de Sundancer, soulagé de ne plus a devoir pendre son propre cousin le lendemain,et la petite serveuse fut retrouvée abattue sous une table.
Notre ami chinois, Xin Shan avait à ce moment-la déjà quitte la ville, déterrant au passage le petit magot qu'il avait mis de coté pour les urgences de ce genre-la.

Quand au " Sundancer" Seamus Fitzpatrick, notre violoniste irlandais et sa comparse française Claire Dubois la chasseuse de prime, ils se mirent d'accord avec Stella la responsable des filles de petite vertu: puisque celles-ci avaient perdu leur protecteur et qu'elle n'avait plus de lieu pour travailler, ceux-ci les escorteraient jusqu’à El Paso au Texas ou elles espéraient retrouver du travail très vite.

Ainsi partirent-ils tous vers le sud, précédés par un chinois bourré de pognon
avatar
Capitaine Jack la tare
Chef de bande

Messages : 597
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 44
Localisation : Dans les profondeurs des montagnes...

Voir le profil de l'utilisateur http://slurp.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Des mormons et des indiens

Message  Capitaine Jack la tare le Ven 4 Jan - 8:41

La route traversait les terres sauvages de l'oklahoma, haute plaine ou vivaient les Ouglakha, tribu cheyenne alors en guerre contre les colons blancs de plus en plus nombreux sur leurs terres, ammenant avec eux la mort, les maladie et la duperie.
Afin d'éviter de finir en brochette au haricot sauce canneberge, nos aventuriers (" Sundancer" Seamus Fitzpatrick, Claire Dubois, Stella et ses filles ) rejoignirent une colonne de charriots en route vers la terre promise: il s'agissait en effet des Saints des derniers jours, une secte millenariste pronant la polygamie, le salut individuel et une existence simple, rude et exempte de tout peché...

Parmis ceux-ci ils croiserent la route de Norton Henri, un honnete vendeur d'elixir (c'est à dire un petit escroc minable et sa charette), un certain Bill Stone, au nom predestiné, et leur petit copain chinois qui, ils l'apprirent peu apres, avait decouvert la foi parmi les Fideles!!!

La route etait epuisante mais sure, la tribu Ouglakha n'osant pas attaquer unsi grand nombre de personne. Cependant tout ne pouvait pas bien se passer; les Saints des derniers jours ne pouvaient pas tolerer la presence d'une femme habillée en homme dans leur rang; certainement pas des filles de petite vertue si elles n'embrassaient pas la Foi veritable, et encore moins un gai-luron comme Sundancer dont le charme avait commencer à agir sur certaines des jeunes filles du camps...

Les Saints n'etaient pas des saints et nos heros non plus...Xin Shan, notre chinois nouveau mormon ancien patron de bordel fit une rencontre desicive un soir qu'il s'tait isolé pour uriner tranquile: la colonne etait sous la surveillance constante des cheyennes! Plutot que d'avertir ses nouveaux compagnons, celui-ci passa un pacte secret avec Claire Dubois et Norton le vendeur d'elixir. Et Stone, en supposant que celui-ci eut les idées assez claires pour comprendre ce qu'il se passait autour de lui, surtout depuis qu'il etait devenu le consommateur exclusif des mixtures etranges et infectes de Norton. Discretement ils rejoignirent le camps des Ouglakha pour tenter un pow wow avec eux: dans la pure tradition indienne, ceux-ci ecouterent ce que les etrangers avaient à dire avant de prendre la decision de les scalper, les torturer ou les faire bouffer par les fourmis rouges- sachant que la presence d'un " Homme dont le vent soufflait trop fort dans la tete" (Bill Stone) rendait mefiant les cheyennes.

Les palabres eurent leurs effets: les personnages apprirent que depuis un certain temps, le Vieux-qui-Pue, un vieux blanc installé dans les collines depuis des années n'offrait plus l'eau de feu faite maison à ses amis peaux-rouges, rendant furieux et triste la tribu de Chene Rouge, le chef du clan.
Ils passerent un deal: ils ferait revenir l'eau de feu, et en echange ils auraient un droit de passage sur les terres de Chene Rouge.
Malheureusement l'accueil du Vieux-qui-Pue fut assez agressif, et la sanction immediate: nos heros l'abattirent alors qu'il se battait contre cette arthrite qui l'empechait d'armer le chien de son fusil pour la seconde fois. Mais Henri Norton eut une revelation: tout ce qui etait necesaire à faire du bon whisky etait à porter de main, de l'orge naturel, une distillerie, de l'eau clair! Malheureusement
il n'osa pas avouer à ses compagnons qu'il etait totalement nul en preparation cullinaire- son metier c'etait de vendre de la merde, pas d'en fabriquer!
De peur d'etre decouvert, il tenta l'impossible, melangeant sans vergogne sa propre composition et des baies alentoure, distillant tout ça à la va-vite, pour obtenir finalement ...un acide fort gouteux en bouche, à la legereté agreable et au taux d'alcool assez élevé pour faire rouler sous la table un rhinoceros africain! Ni une ni deux, appelant sa mixture la Fée verte, à cause de la couleur du liquide (un alcool sans avenir...) il organisa une production intensive et une distribution rapide chez la tribu: cette premiere soirée fut memorable (ou pas en fait, peu de personne qui y ont assisté ne se souviennent de grand chose, ou font semblant de ne pas se rappeler). Ils etaient acceptés par la tribu (tant que le Fée verte serait distribuée cependant!)
avatar
Capitaine Jack la tare
Chef de bande

Messages : 597
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 44
Localisation : Dans les profondeurs des montagnes...

Voir le profil de l'utilisateur http://slurp.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Des mechants pas gentils et des gentils pas mechants...ou l'inverse

Message  Capitaine Jack la tare le Ven 4 Jan - 8:41

Pendant ce temps, chez les mormons, la tempete faisait rage: Sundancer fut accuser de corruption de la jeunesse et de perversité pour avoir detourner du Chemin une jeune fille presente sur le camps avec ses airs de musique entrainante et sa gaité impropre à une sainteté virginale.
En fait, les raisons etaient peut-etre plus terre à terre que ça: les jeunes filles qui accompagnaient Sundancer etaient convoitées par les mormons pour augmenter leur propre cheptel de femmes! De plus, les esprits curieux decouvrirent vite que les Saints mettaient leur avenir dans des mains plus seculieres que celles du Seigneur: chaque ville pres desquelles ils passaient voyait leur banque etre depouillée de leur coffre et de l'or qu'il contenait. De quoi se construire un bel avenir sur la Terre Promise...Et les temoins de ce fait risquaient de mettre en peril une si belle organisation.

(ainsi les personnages decouvrirent qu'en plus de leurs forfaits, les mormons n'hesitaient pas à donner leurs descriptions aux autorités dans les villes pres desquelles ils passaient; ils le decouvrirent lorsqu'ils essayerent de quitter les mormons pour rejoindre la civilisation: ils etaient rechechés pour des crimes qu'ils n'avaient pas commis! Des Boucs emissaires de la Sainte Bible en somme...)

Ainsi Sundancer se retrouva seul face aux Patriarches, les chefs de la congregation. Ses compagnons sur leurs gardes, prets à intervenir l'arme au poing si necessaire, tout celà risquait de finir dans un bain de sang, mais c'etait sans compter sur la chance legendaire de l'Irlandais: lorsqu'il accusa devant tout le monde les forfaits commis par ces Saints auto-proclamés, un eclair dechira le ciel, petrifiant d'effroit la communauté, face à ce qui semblait un Prophete des temps bibliques venu accuser les mormons des pechers les plus graves!
Celà leur donna le temps necessaire à preparer leur plan pour echapper à la colere des mormons , fuyant la colonne à la faveur de la nuit ils rejoignerent leurs nouveaux alliés indiens pour leur proposer un marché: une augmentation de la production, une distribution regionnale au sein des autres tribus et des villes, et les cheyennes les aident à detuire les mormons.

Ainsi le jour suivant fut le temoin d'un massacre horrible: les journaux de l'est relatèrent la decouverte quelques années plus tard d'un charnier ou hommes femmes et enfants furent massacrés avec la plus implacable cruauté. Aucun rescapé. Une embuscade qui ne fut pas pour rien dans la reputation des indiens. Une ville en ruine, pillée et brulée jusqu'aux fondations toute proche. Et mysterieusement, plus aucune once d'or ou d'argent n'a été retrouvé sur aucune des victimes...

Cependant, la legende parle d'un cavalier fantome, un sudiste insensible aux balles venu bruler du feu de l'enfer la ville de ses pechés...de tribus indiennes, devenues folles et s'entretuant au nom d'une eau de feu verte qui rend fou, et d'une femme, que les indiens surnommeront La louve Ballafrée en route vers le sud, accompagnée par sa troupe d'Amazones et menées par un Violoniste fou avec ses airs endiablés venus du fin fond de l'enfer...


...et que dire de la legende de ce chinois mormon chef indien ex-patron de bordel richissime que colporte l'honnorable Henri Norton, le milliardaire de Philadelphie, principale exportateur de liqueur vers l'europe et chef de la Loge maçonnique de Pennsylvanie qu'on attend bientot victorieux aux elections senatoriales?
avatar
Capitaine Jack la tare
Chef de bande

Messages : 597
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 44
Localisation : Dans les profondeurs des montagnes...

Voir le profil de l'utilisateur http://slurp.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

"Ca sent le sapin par ici, Tabernacle...On construit une scierie?"

Message  Capitaine Jack la tare le Ven 4 Jan - 8:42

Stela n'avait pas eu la vie facile. Dejà handicapée par sa petite taille (à peine 1m47) et d'autres tares de naissances, elle avait reussit à force de travail (et d'arrangements plus ou moins humiliants) à se faire une petite situation à Silverado. Oh ce n'etait pas parfait: elle devait courber l'echine devant Cotton le sherif et ses sbires, mais au moins elle avait gagner la paix et un travail qui lui plaisait...
Mais ça c'etait avant l'arrivée de La louve...
Des filles, elle en avait plein dans son saloon, mais pas des comme ça. Elle, c'etait celle qui baisse pas les bras; celle qui affronte la société machiste à armes egales, et qui venge toutes celles qui ont du souffrir des vices des hommes. Un peu sa fille, un peu une amie, elle cachait une admiration sans borne pour elle, mais Stela avait assez de bouteil pour savoir que ça ne durerait pas: les problemes n'allaient pas tarder.
Dejà depuis l'arrivée de Fidzgerald elle sentait que ça allait chauffer: les hommes devenaient jaloux et rancuniers devant le beau gosse à la mine enjouée qui ensorcelait toutes les femmes de la region; faut reconnaitre, lorsqu'il souriait, qu'il y avait de quoi transformer la plus puritaine des femmes de l'Est en devergondée insaciable, et la putain de l'Ouest en une princesse de conte de fée. Et ne parlons meme pas de l'ambiance de folie qui regnait les samedi soirs lorsqu'il se mettait à gratter les cordes de son violon- les filles n'en pouvaient plus devant lui, à tel point que les bagarres devenaient banales.
Bref Cotton trouva le pretexte qu'il lui fallait: lorsque la banque de Silverado fut devalisée il a commencé à vouloir faire voir qui était le boss... et malheureusement pour lui il avait perdu cette place depuis que le vieux sudiste à moitié fou etait arrivé..

Depuis, ce ne fut que fuite en avant, villes brulées et rencontres qui finissaient en bain de sang. Meme lorsque Stela refusa de suivre la piste de la Louve, celle-ci utilisa la menace et la violence pour l'obliger à la suivre...Meme lorsque Stela pensait avoir trouver un havre de paix dans la ville d'El paso, dans un bel hotel classe en plein centre de la petite ville avec sa femme-sherif et son groupe de cow-boy regulier, celà devait finir par des coups de feu, des cris et des larmes...




Bill Stone. Le maudit. Le cavalier fantome, the Ghost rider. Une legende dans l'ouest, du genre qu'on se raconte le soir au coin du feu pour se faire peur. Un souvenir dans l'esprit des quelques survivants qui ont croisé sa route et y ont survécu.
Un cadavre decomposé dans les rues de Spring Gulch, Oklahoma, à l'odeur nauséabonde. Sous son manteau informe et souillé, on pouvait encore deviné tout crasseux son uniforme du Sud et le drapeaux de la confederation, et son vieux clairon tout cabossé.
Decidement, on peut pas faire confiance à un chinois. Surtout quand il a été tour à tour patron de bordel, mormon et chef indien, et qu'un gros tas d'or est sur sa route...




Rulf "Sullivan" Meyerling et Fernando Sanchez Esteban St Lazare y Santa-Anna. 2 hommes que tout oppose. L'un est le peon mexicain passé tres jeune du petit delis au grand banditisme, se cachant sous ses airs de General de la Revolution pour perpetrer meurtres, pillages et viols. L'autre, un allemand, issu de la bougeoisie teutonne (on dit qu'il a cotoyé le Kaiser lui-meme), immigré suite à un duel reussit face à la mauvaise personne. L'un, brun à la peau sombre et tannée par le soleil, à la barbe naissante noire comme son ame; l'autre les cheveux cendreux, gaté par le soleil, avec une petite moustache reguliere d'un blond tres pale.
Pendant des années, Sullivan fut le conseiller militaire de Fernando; il lui trouvait armes et munitions,et planifiait les attaques. Bien sur, il en profitait lui-meme, s'enrichissant par la meme occasion et assouvant ses pires pechés sur les pauvres victimes. Personne ne sut pourquoi les deux hommes arreterent leur collaboration, mais un jour Sullivan s'acheta un ranch à El paso et devint le chef d'une bande de cow-boy fideles. Il y vivait tranquile et respectait, dominant la ville dde puis ses terres, jusqu'à ce que son passé le rattrape...




Il y a quelques années, au mexique. La paroisse Santa Elisabeta de Guanajuato vivait en paix. Les soeurs du couvent y avaient une vie heureuse et prospere, aussi bien dans la meditation que dans leurs relations avec leurs paroissiens. Sous les ordres de Soeur Emanuelle, la mere superieure, elles eurent la joie de sauver une pauvre enfant de la mort retrouvée flottant sur l'eau telle Moise sur le fleuve d'Egypte.
Cette petite fille etait une benediction, son sourire cristalin et son petit rire enchantaient le coeur du couvent; on disait meme qu'en secret, la jeune Soeur Dolores pourtant si severe avec elle-meme et les autres en concevait de la joie et du bonheur. Bref, si le paradis etait sur terre, il avait decidé de s'intaller pas loin de la paroisse.
Las, le Demon fait homme ne pouvait laisser un tel havre de paix exister. Par un sombre matin, l'Apocalypse apparu aux soeurs de Guanajuato sous les traits d'un jeune colonel de la Revolution, Fernando Sanchez (qui agrandira son nom au fur et à mesure de ses mefaits) qu'elles avaient elle-meme eduqué quelques années auparavent. Ce fils de coyote et sa bande, dans un delire de perversion et de sadisme, enfermerent les soeurs dans la chapelle pour y perpetrer leurs crimes, tantot pillant, tantot violant, tantot torturant pour le simple plaisir de destruction sous le regard sadique de Sullivan, leur nouveau conseiller militaire, qui y voyait là un moyen de se faire un nom afin de repandre la terreur dans la region. Avant d'incendier la chapelle, les mecreants selectionnerent les plus jeunes afin de les emmener sur les routes avec eux afin d'epancher leurs desirs revoltants et d'obtenir une main d'oeuvre asservie. Puis ils partirent laissant derriere eux les flammes detruire les preuves de les mefaits au son des cris des pauvres religieuses enfermées, sous le regard de Soeur Dolores, seule rescapée car partie quelques heures plus tot hors du couvent pour la corvée de bois, jurant vengeance au nom de Dieu, emportant avec elle sa bible, son fusils et la haine dans son coeur...
avatar
Capitaine Jack la tare
Chef de bande

Messages : 597
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 44
Localisation : Dans les profondeurs des montagnes...

Voir le profil de l'utilisateur http://slurp.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

"des p'tits trous, des p'tits trous, des p'tits trous partout"

Message  Capitaine Jack la tare le Ven 4 Jan - 8:42

Sister Dolores et son fusil calibre 44 à double canon scié.
La Louve ballafrée, ivre de vengeance.
Peggy Brouster, la jeune comptable de 13 ans et la vieille petoire de son pere.
Jack Beauregard, le heros des anciens temps, en quete du meurtrier de son fere.
Robert Charlebois, le policier monté du quebec en "voyage d'affaires" pour eviter un procés de detournement de fonds.
Et...Personne.

La sherif d'El Paso avait deja des difficultés pour faire respecter son autorité en tant que femme de loi; mais si en plus le destin s'acharne contre elle, c'est que Dieu est un joyeux farceur.
Bien sur que la louve balafrée est un jolie femme, mais pourquoi eveille-t'elle chez elle ce "sentiment" de faiblesse qu'elle n'a pas connu jusqu'à maintenant? Et pourquoi faut-il que ce soit avec une femme recherchée en Oklahoma pour meurtre et pillage? Qui est en quete de justice violente, à l'opposé totalement des valeurs que defend la sherif. Biens sur, lorsqu'elle lui a raconté ce que Sollivan et sa bande à l'epoque lui avait fait subir, elle se sentit envahis d'un desir de meurtre, et que dire lorsqu'elle appris que celui-ci n'etait autre que le meurtrier du frere de l'honnorable Jack Beauregard dont elle lisait les passionnantes aventures lorsqu'elle etait petite! Ca et la soeur qui confirmait le passé trouble de Sullivan.
Mais il etait un homme riche et puissant, et l'attaquer de front ne servait à rien,comme l'apprirent à leurs depends Beauregard et les autres, dont son compagnon Personne, qui ne revint tout simplement pas de son attaque contre le ranch de Sullivan, ce qui decida beauregard à partir vers d'autres aventures.
D'ailleurs celui-ci n'etait pas homme à se laisser agresser sans reagir; il reunit ses hommes et tenta une demonstration de force en ville, allant se poster au milieu de ses hommes devant l'etablissement de Stela, tout proche du bureau du sherif.
Celle-ci tenta d'apaiser la situation. Mais elle ne compris que trop tard que ce serait vain; le quebecois avait deja pris position sur un toit proche, et rien n'arreterait le bain de sang. La Louve sortie proposer un duel à Sullivan malgré ses blessures, mais celui-ci refusa net, il n'avait rien à prouver à une femme, encore moins à une pute qu'il avait tringler depuis qu'elle n'avait meme pas 10 ans et qui lui avait preparé ses repas pendant des années!
C'est sans doute ce qui rendit fou de rage Sister Dolores qui vida son fusil sur les hommes de Sullivan, manquant de peu sa cible, et dechaina l'enfer dans la rue. Chacun vida son chargeur sur le pauvre saloon, le transformant en passoire ainsi que Sister Dolores et la Louve Balafrée; terrorisant une fois encore Stela, Sundancer et les filles. Afin de faire semer encore plus le chaos,le canadien incendia les ecuries toute proche afin de descendre d'un coup de fusil bien placé Sullivan et de couvrir sa fuite, estimant que la region n'etait pas propice à la construction d'une scierie de bois de sapin.
Lorsque le calme fut revenu, la sherif put decouvrire le cadavre de Sullivan au milieu de la rue. La pauvre Louve balafrée put etre sauvée grave au secours de Stela et Sundancer, mais la pauvre Peggy et Sister Dolores n'eurent pas cette chance.

Decidés à quitter ce monde de violence, Stela et Sundancer deciderent de partir et d'aller s'installer à Santa Fe, une petite ville tranquile au sud du Nouveau mexique, loin de toute cette agitation.

Quelques semaines plus tard, la Louve sortie de son coma pour se retrouver seule en compagnie du medecin de la ville. Sur son chevet, à coté de son revolver, un billet de train pour Santa Fe, et un petit mot ecrit à la va-vite:
" tu n'es pas en etat de poursuivre ta vengeance, alors je le ferais à ta place. Le reste de la bande de Sullivan se trouve à Santa Fe. J'espere que quand tu te reveilleras, tu n'auras plus rien à craindre- Chester Johanson, ex-sherif d'El Paso"
avatar
Capitaine Jack la tare
Chef de bande

Messages : 597
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 44
Localisation : Dans les profondeurs des montagnes...

Voir le profil de l'utilisateur http://slurp.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Il etait une fois..dans le grand west

Message  Capitaine Jack la tare le Ven 4 Jan - 8:43

Le voyage en train en fut pas de tout repos: la Louve appris que la horde sauvage, une bande de mercenaires chasseurs de prime s'etait lancé sur sa piste. Sa piste, ou celle d'un chef indien qu'on disait chinois, parti lui-aussi vers le mexique via Santa Fe pour y trouver une planque pour echapper à la justice face à tous ses crimes, dont le moindre n'etant pas d'avoir envoyé à la mort toute sa tribu d'adoption (paraitrait-il pour une somme derisoire en plus!).

Santa Fe est un pueblo mexicain tranquile sous le soleil du nouveau-mexique



Tranquile? Pas tant que ça! Car ici regne Fernando Sanchez Esteban St Lazare y Santa-Anna, le gangster, le pilleur, l'assassin, le contrebandier, qui ecume la frontiere pour y nourrir sa troupe nombreuse et abuser de la faiblesse des pauvres peons qui travaillent si dur pour essayer de s'en sortir.
Pourquoi le gouvernement federal ne s'en occupe-t'il pas? Pourquoi les mexicains n'interviennent-ils pas? Certaines personnes bien informées dirait que chacun en tire un avantage...Besoin de "chaire fraiche" pour les bordels de San Francisco? Santa-Anna y pourvoira...Un quelconque fonctionnaire mexicain a besoin de canons americains pour oppresser son peuple? Santa-Anna est là...Bref, il est le boss de la region, et quoi de mieux que la Horde Sauvage comme compagnon de route pour transporter les marchandises à travers le pays.


La petite cantina semblait bien fraiche apres avoir voyagé dans le desert. Ainsi El Bandito, le petit mexicain desavoué par la horde sauvage y prit un peu de repos, au calme, ne se doutant pas que la tempete allait faire rage...L'entrée de la Louve balafrée fut remarquée. Mais tout etait calme...Lorsque Dutch, un des lieutenant de Santa-Anna entra pour se rafraichir avec deux de ses hommes, les flingues parlerent leur language de mort, et Dutch mourrut pitoyablement de la main de la Louve, mais pas avant d'avoir cracher son fiel au visage de la pauvre orpheline: sa "sherif" adorée etait entre leurs mains, et elle leur avait tout raconté! Ce furent ses dernieres paroles sur cette terre...


Bientot la ville allait etre un point de rencontre pour Santa-Anna et la horde sauvage. L'indien chinois fou, sentant la poudre, ne put s'empecher de mettre sa marque partout dans la ville, inspirant la terreur à sa ennemis; la louve et le mexicain prirent place sur les tois afin d'avoir un avantage face aux criminels qui n'allaient pas tarder. Enfin Sundancer, plus par depit que par heroisme, s'arma pour defendre ce qui pouvait encore l'etre...

Lorsque Santa-Anna et ses alliés arriverent, ils furent surpris mais confiants: ils etaient beaucoup plus nombreux. Malheureusement ils dechanterent vite, car ceux qui s'approchaient de trop se faisaient descendre dans les petites ruelles sombres du centre ville ou à l'interieur des batiments, et ceux qui tentaient d'encercler la ville pour prendre les personages à revers etaient tués par les fusils longue portée. Santa-Anna reussit presque à atteindre ses adversaires, mais se retrouva bloqué à l'interieur d'un vieux saloon ou Sundancer essayait de picoler trouver une arme plus efficace que son 6 coups. Santa-Anna reussit à le faire prisonnier pour reussir à s'enfuir en s'en servant comme bouclier. La queue entre les jambes, il doit certainement rabattre le reste de ses troupes afin de se venger de l'humiliation qu'il vient de subir...
avatar
Capitaine Jack la tare
Chef de bande

Messages : 597
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 44
Localisation : Dans les profondeurs des montagnes...

Voir le profil de l'utilisateur http://slurp.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il etait une fois..dans le grand west

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum